La croissance des marchés émergents va être confrontée à des vents contraires importants

Les marchés émergents (ME) ont été un symbole de dynamisme économique au cours des dernières décennies. De nombreuses économies florissantes à l'échelle mondiale ont compris que, moyennant un ensemble approprié de politiques et de réformes, elles pourraient maintenir un rythme de croissance rapide.

La croissance de la zone euro a fortement augmenté au début des années 2000, passant de taux moyens quinquennaux proches de 4 % à un pic de 7,6 % en 2007. Dans une large mesure, ce processus de développement s'explique par l'ascension de l'économie chinoise, par le biais d'effets directs et indirects. Les effets directs sont liés aux taux de croissance annuels moyens de la Chine, qui avoisinent les 10 %, et à son poids croissant dans la zone euro, puisqu'elle est devenue la deuxième plus grande économie du monde. Les effets indirects sur les autres économies se sont matérialisés par des liens entre les chaînes d'approvisionnement, l'appétit croissant pour les produits de base importés et une influence grandissante sur les flux d'investissement internationaux. Ce rythme de croissance a été remarquable par rapport aux économies plus avancées : au cours de la période 2010-2019, le taux de croissance moyen des économies émergentes a été supérieur au taux des économies émergentes de 3,1 points de pourcentage (p.p.). La pandémie est considérée comme une anomalie et n'est donc pas incluse dans cette discussion.

Toutefois, cette tendance pluridécennale de taux de croissance élevés des pays émergents a commencé à perdre de sa vigueur au cours des dernières années et s'est encore détériorée pendant la pandémie de Covid. Il est important de noter que nous pensons que cette tendance se poursuivra en 2023-2024. Dans cet article, nous analysons trois facteurs principaux qui pèseront sur les performances des pays émergents à l'avenir.

Tout d'abord, l'économie chinoise connaît une décélération significative par rapport à ses performances historiques d'avant la pandémie, et son rôle de moteur de la croissance mondiale commence à s'estomper. Après 40 ans de croissance fulgurante, avec une moyenne de 9,5 % sur la période 1980-2019, ce rythme devrait tomber en dessous de 5 % en moyenne en 2023 et dans les années à venir. Ce ralentissement est généralisé et s'explique par de nombreux facteurs structurels. Il s'agit notamment des vents contraires démographiques, du déclin de la croissance de la productivité, des niveaux d'endettement élevés, du ralentissement du rythme des réformes structurelles et de la menace croissante de la fragmentation géoéconomique. En outre, le gouvernement n'a pas envisagé jusqu'à présent de mettre en œuvre un plan de relance agressif, ce qui témoigne d'une approche plus prudente de la croissance à long terme dans une économie déjà fortement endettée. Compte tenu de l'importance de l'économie chinoise pour la croissance des pays méditerranéens par des canaux directs et indirects, le ralentissement de la Chine représente un défi important pour les années à venir.

Par ailleurs, la hausse des taux d'intérêt au niveau mondial et le resserrement des conditions financières ont créé un environnement plus difficile pour la croissance. La Réserve fédérale américaine a augmenté les taux d'intérêt au rythme le plus rapide depuis plus de quatre décennies, accumulant des augmentations de 525 points de base (pb) depuis la mi-2022, tandis que le cycle de la Banque centrale européenne a poussé les taux directeurs à la hausse de 400 pb. Bien que les deux principales banques centrales de la zone euro approchent de la fin de leur cycle de resserrement, nous nous attendons à ce que les taux d'intérêt mondiaux relativement élevés et les contraintes de crédit plus strictes restent en place pendant une période plus longue, limitant les investissements étrangers et nationaux dans les pays émergents.

Enfin, la faiblesse de la demande extérieure en 2023-24 implique une plus faible impulsion du commerce international sur la croissance. Ceci est particulièrement important pour les économies de l'Asie du Sud-Est qui dépendent du commerce et qui représentent une contribution significative à la croissance de la zone euro en tant que groupe. En 2023, la croissance des volumes de commerce international devrait être d'environ 1,7 %, ce qui est faible par rapport à la moyenne quinquennale de 2,5 % de la période précédant la pandémie du Covid. En l'absence d'une reprise substantielle de la demande extérieure à l'horizon, il s'agit là d'un nouveau vent contraire pour la croissance des pays émergents.

Dans l'ensemble, la croissance économique des pays émergents convergera vers un rythme plus modéré qu'au cours des décennies précédentes, compte tenu du ralentissement de l'économie chinoise, des taux d'intérêt élevés, du resserrement des conditions financières et de l'affaiblissement de la demande extérieure, ce qui oblige les pays émergents à redoubler de réformes pour améliorer leurs performances économiques.

Ce contenu vous est utile ?

Cours des devises

Dernière mise à jour : vendredi 01 mars 2024