Le conflit Russo-Ukrainien boulverse les marchés des matières premières

 Les années 2020 s'avèrent être une période agitée de chocs et d'incertitudes. Au moment où l'économie mondiale semblait tourner la page de la pandémie de Covid-19, un autre événement important déclenche des bouleversements géopolitiques et économiques négatives : le conflit russo-ukrainien. Alors que les germes du conflit se développent depuis des années, les différends bilatéraux entre la Russie et l'Ukraine ont commencé à s'intensifier en 2021, avant d'éclater en une guerre ouverte fin février 2022.

À la suite de l'invasion militaire initiale, les États-Unis et l'Union européenne (UE) ont décidé de soutenir l'Ukraine en infligeant à la Russie un préjudice économique considérable par le biais d'embargos, de sanctions et d'interdictions commerciales. L'économie russe a ainsi été rapidement perturbée et, dans une large mesure, coupée du reste du monde en moins d'un mois. 

Dans cet article, nous soulignons les principales conséquences économiques suite au conflit  Russo-Ukrainien.     

PIB et commerce de la Russie et de l'Ukraine

(% du total global, 2020)          

Sources: Haver, IMF, analyse QNB

D'une part, l'impact direct du conflit sur la demande mondiale est plutôt limité, en raison de la taille même des économies russe et ukrainienne. En effet, avec un PIB nominal de 1,5 trillion de dollars et des flux commerciaux de 600 milliards de dollars, la Russie représente moins de 2 % de l'activité ou du commerce mondial. L'Ukraine, une économie de 155 milliards d'USD avec des flux commerciaux de 100 milliards d'USD, représente nettement moins. Par conséquent, quelle que soit l'ampleur du ralentissement économique que le conflit peut provoquer dans l'un ou l'autre pays, la destruction directe de la demande mondiale sera probablement faible à l'échelle mondiale.

Part du marché mondial détenue par la Russie(%)

         

Sources: USGS, USDA, BP, analyse QNB

D'autre part, malgré la taille nominale modeste des deux économies, leur base de ressources naturelles est importante et les perturbations peuvent affecter indirectement l'économie mondiale par le biais de chocs d'approvisionnement sur les marchés des matières premières. La Russie est le plus grand pays transcontinental du monde, avec un territoire qui s'étend sur onze fuseaux horaires et comprend des gisements massifs de ressources naturelles, comme le pétrole brut, le gaz naturel, les minéraux, les métaux précieux et les terres cultivables. En fait, la Russie et l'Ukraine sont toutes deux d'importants producteurs d'engrais, de blé et d'autres produits clés pour l'industrie alimentaire. Par conséquent, l'action militaire et les sanctions Russo-Ukrainiennes entraînent une destruction de l'offre à grande échelle, ce qui met à rude épreuve les principaux marchés de matières premières. Cela entraînera une hausse de l'inflation mondiale et une baisse du revenu disponible dans tous les pays, ce qui aura un impact négatif sur la demande. Cela intensifiera encore les "pressions stagflationnistes", c'est-à-dire la tendance à la baisse de la croissance et à la hausse des prix. Les marchés émergents vulnérables souffriront probablement d'une détérioration des positions budgétaires et des comptes courants. Dans les cas extrêmes, les pays à faible revenu peuvent être confrontés à des pénuries alimentaires massives et à des troubles civils.

En outre, si l'intégration financière entre la Russie et le reste du monde est relativement faible, l'impact des pics de prix des matières premières et de la destruction des actifs peut être important pour les investisseurs en  matières premières, les sociétés de courtage et les banques directement exposées à la Russie. Certains signes de tensions financières commencent déjà à se manifester : les écarts de taux sur le marché monétaire s'élargissent et les sociétés de matières premières d'Asie du Sud-Est subissent des appels de marge de plusieurs milliards de dollars. Si ces problèmes persistent, il pourrait y avoir un désendettement soudain sur les marchés des matières premières, en raison des perturbations de l'offre et de la destruction collatérale. Les événements de crédit en cascade sur les marchés des matières premières pourraient affecter les banques et autres institutions qui fournissent des fonds pour ces activités. En outre, les banques d'Europe de l'Est exposées à la Russie peuvent également subir des pertes importantes, ce qui mettrait sous tension le système financier européen. Les chocs financiers négatifs pourraient donc accentuer les pressions à la baisse qui pèsent actuellement sur la croissance mondiale.   

Dans l'ensemble, l'action militaire et les sanctions Russo-Ukrainiennes provoquent des chocs du côté de l'offre, plutôt que de la demande, pour l'économie mondiale. Cela se produit sur les marchés des matières premières, amplifiant l'inflation et créant une pénurie de ressources dans le monde entier. Les risques financiers augmentent également en raison des effets directs et indirects des chocs sur les institutions financières ainsi que sur les commerçants en matières premières.     

Ce contenu vous est utile ?

Cours des devises

Dernière mise à jour : mercredi 25 mai 2022